top of page

Les escrocs des nouveaux systèmes de self défense

Dernière mise à jour : 9 déc. 2019

Ces dernières années, une nouvelle tendance d’art de combat dit « souple » a fait son apparition. Relativement démonstratifs en vidéo, ils excitent l’intérêt des pratiquants sans grande expérience de la réalité. Je les trouve pour ma part inconsistants.


Je m’explique…


Ces différentes méthodes sont basées sur la souplesse et le relâchement extrême, la force souple...Pour ma part je l’appellerai force chewing-gum. La théorie se résume à céder sous les attaques, à être le plus relâché possible pour l’absorption des coups et d’être tout aussi relâché dans l’exécution des frappes. De gentilles théories sympathiques tant qu’elles restent théoriques. Pour moi, clairement inapplicables en défense réelle.


Vous pouvez admirer dans ces vidéos (bien souvent de séminaire), un incroyable combattant qui frappe sur des partenaires totalement relâchés. Un assistant ou un membre de l’auditoire qui attend gentiment de recevoir le coup de poing relâché en plein plexus. Qui attend toujours aussi relâché de se faire bousculer des deux mains sur des diagonales dont il ne peut contrôler le centre d’équilibre ou encore, l’enseignant qui esquive des coups de couteaux en se contorsionnant comme un danseur contemporain à la vitesse d’un escargot sous prozac.


D’autres fois, de petits gabarits assez vifs mais ne démontrant toujours leur techniques uniquement que sur des adversaires statiques, n’attaquant jamais.


L’auditoire reste bouche bée après avoir assisté à ce type de démonstration pensant qu’ils ont assistés à un séminaire d’un incroyable combattant.


Du point de vue de la réalité


Faites une distinction claire entre la percussion d’un corps détendu attendant le coup et un adversaire énervé, lancé à toute vitesse les muscles tendus comme des arcs. Dans un affrontement réel, la puissance d’impact est primordiale.


Il est dans certains cas possible d’endiguer l’affrontement avec de petits coups liés au principe de relâchement, j’appelle cela les micros explosions. Cette méthode fonctionne strictement dans un unique cas : l’effet de surprise. Si le, ou les adversaires potentiels sont pris de vitesse (donc par surprise), leur corps sera détendu. En revanche, lors d’une agression caractérisée et déterminée cela s’avérera insuffisant.


Afin de comprendre ce que j’avance, il faut vous mettre en situation. À qui n’est-il jamais arrivé de se heurter le tibia par mégarde dans le pied du lit le matin au réveil ? La douleur est intense. Par contre, lors d’un combat au sein de l’école, dans une attitude déterminée, l’esprit naturellement prédisposé, ce même choc (bien que douloureux) ne vous mettra pas hors de combat.


Je vais vous faire part pour la première fois par écrit, d’une anecdote tirée directement de mon expérience personnelle. Notez bien que mon but n’est bien évidement pas de faire l’apologie de la violence et que mes anecdotes sont liées majoritairement au travail que j’ai exercé et continu ponctuellement d’exercer dans divers établissements de nuit. La violence dont j’ai dû user à certains moments n’a pas été un choix mais une nécessité.


L’histoire se déroule il y a deux ans, lors d’une visite que je rendais à un de mes amis physionomiste dans un établissement de nuit. A mon arrivée je suis témoin d’une altercation entre un client et le patron du bar. Le client ayant considéré que le patron de l’établissement (âgé de 64 ans) n’avait pas à lui demander de ne pas partir avec son verre, il lui décoche une puissante droite, verre en main. Le patron accusant le coup se retrouve projeté au sol avec, nous l’apprendrons par la suite, la pommette gauche enfoncée nécessitant une opération et quatre jours d’hospitalisation.


Avec mon ami, nous interpellons l’agresseur qui tentait de s’enfuir. Bien entendu, celui-ci déterminé (et qui s’avérera par la suite être sous cocaïne) ne se laisse pas faire. À partir de là, nous avions le sentiment de nous battre avec un chien enragé. Croyez-moi bien, ni mon ami, ni moi ne sommes des lapins de six semaines dans ce genre d’affrontement. Finalement, nous balayons l’agresseur au sol le corrigeant sévèrement. Je me retrouve au- dessus de lui, les doigts plantés dans sa gorge lui saisissant la trachée à pleine main. Mon opposant, le visage transformé en steak haché, me fixait les yeux injectés de sang, m’injuriait, me promettant qu’une fois relevé  « il me crèverait ». Et à chaque fois que nous relâchions l’étreinte, il tentait de se relever, couvert de sang, nous obligeant à y revenir et revenir.... Au bout du compte j’opte pour une solution définitive mais nécessaire, je saisis sa cheville droite y effectuant une clef articulaire que je pousse jusqu’à la rupture...


L’arrivée de la BAC de nuit a été longue cette fois là, l’altercation a duré une demi-heure entre le début et son départ dans le véhicule des pompiers. Sur ce temps, pas une seule seconde il n a fermé l’œil, pas de perte de connaissance, rien.


Il s’avèrera par la suite que notre infortuné adversaire sortait tout juste de prison la semaine précédente ayant purgé une peine de cinq ans d’emprisonnement pour tentative de meurtre. Il avait tenté de trancher la gorge de sa victime à la sortie d’un lycée de notre région. 


Cette anecdote, assez glauque, est destinée à vous faire prendre conscience de la réalité d’une situation extrême, mettant en scène un adversaire déterminé, sous produit, qui ne sent la douleur que dans sa dernière expression. Si j’imagine une seule seconde à ce moment-là pouvoir endiguer l’action usant de styles mollassons ? La réponse est bien entendu non, à aucun moment.


Ce que je reproche donc à ces nouveaux styles et instructeurs est qu’ils essaient de vendre l’impossible comme étant possible. L’économie de mouvements et le manque d’énergie dans l’application des techniques sont deux choses très différentes qu’ils tentent de faire passer pour unique. Les stagiaires des séminaires de ce type ne versent pas une goutte de sueur lors du stage et pensent après coup qu’il est possible de s’entrainer et de pouvoir se défendre sans efforts. De même, bien que démarrer une action puisse être un acte de défense, une agression est quand même majoritairement considérée en tant que telle  quand l’agresseur vous porte des coups. Nous ne pouvons pas miser l’ensemble de notre défense sur notre attaque en tentant de prendre par surprise un adversaire relâché. Du point de vue de la réalité, c’est très réducteur.


Malgré tout, afin de tenter de faire l’avocat du diable, je dois avouer que je ne suis même pas certain que ces enseignants soient, pour la majorité, conscients de l’irréalisable de leurs techniques...  Et dans les cas où ils le sont, je trouve cela gravissime, nous sommes confrontés à une fraude et une escroquerie caractérisée.


S’il vous plaît, dorénavant gardez ce texte en tête et regardez toujours avec un œil critique les vidéos qui sortent. Gardez toujours en mémoire que si ça paraît trop simple, c’est souvent qu’il y a anguille sous roche.

Maintenant, retournons pratiquer !  

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Connaissances additionnelles ou pratiques multiples ?

Dans les arts martiaux, nous pouvons rencontrer de nombreuses personnes allant manger à tous les râteliers ; j'entends par là, des pratiquants qui récupérèrent à droite et à gauche des techniques pouv

Comments


bottom of page