top of page

Nouveau style enseigné: La boxe du singe de fer (Tit Hau Moon 鐵猴門)

Dernière mise à jour : 9 déc. 2019


Logo de l'école


Introduction

J’ai le plaisir de vous informer de la mise en place d’un nouveau cours le lundi soir, d’un style que je pratique depuis déjà quelques années mais que j’ai tenu jusque là sous silence.


La boxe du singe, tout comme la pratique des armes traditionnelles, est une pratique secondaire dans notre école, additionnée à celle du Fatsan Pakmei.


La chine est un pays possédant un des territoires les plus vastes au monde et compte parmi ses montagnes de nombreuses aires où vivent des singes. Les plus connus sont les singes du Emei Shan  dans le Sichuan, mais aussi les singes dorés du Shaanxi, il n’est donc pas surprenant de voir de nombreuses formes et styles liés au singe dans les arts martiaux chinois.


白猿出洞 Le singe  blanc sort de la caverne, Sifu Jonathan Barbary  Temple du Roi Singe (Tai Shing Miou) à Hong Kong


De nos jours, bien que de nombreuses boxes aient disparu,  il subsiste quand même encore quelques styles, rares, enseignés de façon confidentielle. C’est le cas de notre style, « la boxe du singe de fer »

Style rare, « la porte du singe de fer » 鐵猴門 (Tit Hau Moon) est originaire de la province du Hubei 湖北 et plus exactement de la montagne de la célèbre héroïne Fa Mulan (Mulan Shan 木兰山).


Lignée :

Sigung Tsé Wing Ming

Sigung Tsé Wing Ming

Sifu Lai Chun Wah

Sifu Jonathan Barbary

*Sifu Barbary est l’unique représentant européen de ce style confidentiel du nord.


Folklore


Rassemblant folklore, culture et techniques martiales, de nombreuses formes et techniques font référence au roman de Wu Cheng ‘En « Pérégrination vers l’ouest 西遊記» ,vantant les mérites du  roi singe Sun Wu Kong 孫悟空 et de ses acolytes Zhu Bajie 豬八戒  le porc, Sha Wujing 沙悟淨le démon et Sanzang 三藏 le moine, dans leur quête pour retrouver les enseignements du bouddha, en Inde. 



Technique


Comme son nom l’indique, c’est une boxe « imitative » empruntant des attitudes et techniques au singe. Il ne faut tout de même pas se méprendre et confondre avec les formes de Wu Shu modernes ; c’est un système de combat possédant de réelles applications, pragmatiques et efficaces. Il s’agit donc d’imiter le singe sans en être ridicule.


Techniquement, ce style se caractérise par un grand travail de saisies et clefs, de coups de pieds hauts, de balayages et de techniques de combats à partir du sol.


La stratégie de combat est simple : frapper où ça fait mal! Le singe n’hésite pas à user des techniques les plus déloyales, il est vicieux et malin et ses cibles sont à prédominance pour les yeux, la gorge, l’entrejambe… Il tire les cheveux, crache au visage et fait tout ce qu’il peut pour déstabiliser son adversaire.


Ses déplacements sont rapides et agiles et il préfère sortir de l’axe et esquiver plutôt que de contrer de façon directe.


Le style se compose d’une forme main nue, possédant des techniques du singe ivre, et de cinq armes différentes. Chacune des formes d’armes contient  également des techniques mains nues, ce qui rajoute à la richesse du système.


Le Roi Singe dont la spécificité dans le roman est l’utilisation du bâton (Hau Gwan 猴棍), nous lui accordons donc une importance particulière.


Sifu Lai et Sifu Barbary à Mulan Shan, berceau du style


Les formes du style :


-Le singe ivre vole la pêche (Les paumes du singe ivre) 醉猿偷桃

-Le bâton du singe  猴棍

-Le bâton de la porte du ciel  猴子天門棍