top of page

Tenter l'expérience chinoise

Dernière mise à jour : 9 déc. 2019

Nombreuses sont les personnes m’avançant que je suis « chanceux » de vivre la vie martiale que je vie, comme si c’était quelque chose d’inaccessible, de grandiose. Je vais vous apprendre quelque chose qui va vous surprendre : je l’ai choisi ! Alors malgré que je sois très heureux de l’avoir fait, rassurez vous, ça n’a jamais été une difficulté dans ce sens, je suis passionné « je n’aimais, je n’aime et je n’aimerai » (pour reprendre un certain Cabrel)  toujours faire que ça.


C’est donc le genre de discours auquel je répond généralement, chance oui… Mais ce n’est pas arrivé en mangeant des chips devant les anges de la télé-réalité ou scoubidou (bien que le second soit bien plus intéressant que le premier à mon humble avis), il fallait mettre une dynamique en route. Pour ceux qui se posent la question, le premier périple (et les trois qui suivirent) je l’ai sué, économisé, fais une saison entière à la porte d’une boîte de nuit, j’ai pris un billet d’avion pour mon meilleur ami Long et moi même, et nous voilà parti pour Hong Kong. L’entrainement en Chine, la découverte d’un style particulier/rare me convenant était un rêve de toujours, un jour j’ai fais le saut (et oui j’ai des c....., et vous, en avez vous ?)


Ceci étant dis, revenons  en au réel intérêt de cet article.


 Je reçois régulièrement des messages me demandant de quelle manière il est possible de partir s’entrainer en Chine, avec mon maître.


Je vais tenter ici de vous donner des indications sur le : quoi choisir, avec qui, comment et où. Il existe en Chine une multitude de styles, classés en boxes du nord et boxes du sud, vous le savez, je ne m’éternise pas.


Il existe aussi une multitude de types de maîtres et d’enseignements. Il vous faut trouver celui qui vous correspond.


Dans un premier temps, déterminez si vous préférez travailler du Wushu sportif ou du traditionnel.


Sportif ou traditionnel ?


L’art martial chinois se décline sous deux formes, sa forme traditionnelle et sa forme sportive. Les deux disciplines demandent un engagement sérieux, différent, mais tout aussi consciencieux.


Wushu moderne

wushu traditionnel


Dans le cas de la pratique sportive du wushu moderne

Les qualités athlétiques nécessaires au travail du Wu shu moderne sont indéniablement de très haut niveau. Les athlètes doivent s’entrainer aux mêmes gestes sans relâche afin qu’ils soient les plus clairs, rapides, légers et précis possibles. Les aptitudes gymniques et acrobatiques sont mises en avant. Ici pas question d’y chercher un lien direct avec l’art du combat à proprement parlé, il faut l’envisager comme un art, basé sur des mouvements martiaux.


Le lieu :


Afin de vous y préparer au mieux, il vous faudra vous rendre dans une université de Wushu. Ces universités sont présentes dans toutes les grandes villes. Il est possible d’y étudier de plus ou moins longues périodes. Certaines sont très réputées tels que l’université de Wushu de Pékin et l’université de Wushu de Shanghai.


Les horaires varient selon les centres mais ils sont réguliers. Plusieurs heures par jours sont généralement proposées sur des périodes allant d’une semaine à une année. Le logement y  est possible.


Dans le cas de la pratique d’une boxe traditionnelle


Les styles traditionnels demandent quand à eux des aptitudes plus axés sur le mental dans son sens le plus stricte. La résistance à la douleur, le dépassement de la peur de l’affrontement... Il privilégie le travail des applications avec partenaire, du moins, il le devrait (il est vrai qu’aujourd’hui en Chine il est sérieusement délaissé, vous êtes prévenues et ne serez pas surpris). Il est axé sur une compréhension de la stratégie de combat, sur l’adaptation en relation de la réaction adverse, la distance, la génération de force.


Avant cela, le travail de la structure étant primordial, l’entrainement se fait énormément seul en chine, répétant des mouvants durant des heures, de la base, de la base et de la base... Ce n’est pas souvent fun et ça demande beaucoup de volonté.


Pour l’anecdote, mon maitre m’a demandé de travail des coups en pivot par séries… de 500, arrivant à 2000 répétitions dans la même séance.


J’ai eu personnellement des épisodes de douleurs des membres inférieures réellement intenses, au point de devoir m’aider de mes mains pour croiser et décroiser mes jambes assis au restaurant une fois l’entrainement terminé. 


Le lieu :


L’enseignement se fait majoritairement dans les parcs. Quelques fois dans la demeure du maitre et si vous êtes chanceux ce dernier possède une école. Pour trouver le maitre ou le style que vous désirez, vous pouvez contacter l’association de kung fu de la ville. L’association Jing Wu également est présente dans plusieurs villes.


Les horaires et nombres d’heures d’entrainement dépendent du maitre, là il suffit juste de se taire et de faire ce qu’il vous demande. Il m’arrivait régulièrement de m’entraîner de 6h à 8h par jours durant 1 mois, 7/7.


Comme vous pouvez le voir, la boxe traditionnelle et le Wushu moderne, sportif sont deux jeux très différents, il faut donc premièrement faire le choix de ce que nous voulons parmi ces deux catégories.


Le choix du style


En Chine continentale, à l’inverse de Taïwan et Hong Kong le choix est quasiment illimité. Par contre, la révolution populaire de Mao à fait des dégâts, les styles ne sont pas toujours complets, les formes d’armes ont été perdues... Rassurez vous, contrairement à ce qu’il se dit à Hong Kong, l’art martial est toujours vivant, il faut juste bien chercher. Marrant d’ailleurs d’écouter les mêmes maitres critiquer la pratique en Chine continentale, clamant qu’à HK ils ont gardés les traditions ; pour après s’y rendre et apprendre tel ou tel style, ou conseiller de s’y déplacer si l’on désire des artefacts et de vieilles méthodes.  Paradoxale n’est ce pas ? C’est vrai et faux à la fois.   


Toute sortes de structures de corps sont développées, des styles linéaires, d’autres à l’opposé, circulaires, des coups en balanciers, des boxes compactes, simples et directes, d’autres compliquées et fleuries...


Pour un résultat optimal, il est nécessaire de comprendre pour quel type de style nous avons des qualités naturellement développées. Le sculpteur sur pierre prend bien soins de choisir sur quel pierre il effectuera son œuvre. Si vous êtes naturellement agiles et souples, il est peut être plus judicieux de pratiquer un système à base de coups de pieds. Au contraire, si vous êtes trapus, planté au sol, il sera préférable de pratiquer un style du sud basé sur le travail de mains et sur l’ancrage au sol.


Bien entendu, le choix doit également  être basé sur le goût, là c’est une question vraiment personnelle : que préfère t’on pratiquer ?


La barrière de la langue


<