top of page

Les Armes traditionnelles chinoises

Dernière mise à jour : 9 déc. 2019




Les armes occupent une place prépondérante et en même temps à part, dans l'art martial chinois. Leur histoire est vieille de plus de 5000 ans.


Dans les temps anciens, le combat mains nues n’était relié qu'à la seconde place. Elles font parties du patrimoine légué par les anciens maîtres et nous ramène en des temps immémoriaux. La chine est un pays possédant une très vieille et grande histoire. Peuple combattant, les chinois ont développé un nombre incalculable d'armes. Armes de guerres, civiles, par détournements, longues, courtes, doubles ou paysannes, elles font parties en mon sens du trésor culturel de l'empire du milieu.


Des armes archaïques en bronze au maniement simple, elles ont évolué vers ce que l'on connaît aujourd'hui d'infinie richesse technique et de complexité. Beaucoup d'entre elles ont perdu leur origine au fil du temps, dû, aux nombreux échanges de celle-ci entre maîtres et styles. Il n'était pas rare qu'elles soient échangées par intérêt personnel ou pour étoffer le programme et les carences de certains systèmes. Elles sont souvent pratiquées comme une spécialité, tel que les Chin na (contrôle articulaire) pour le kung-fu ou le Qi gong pour le Taiji Quan.


Le grand maître de Hung Gar, Sifu Chow Wing Tak de Hong Kong, ne faisait lui-même pas de distinction entre armes et formes du nord et du sud. Contrairement aux formes mains nues, la pratique d'armes venues d'autres styles est un moyen de s'enrichir. Leur pratique permet d'accroître d'une part la richesse technique d'une école, de développer certaines qualités, se faire plaisir et perpétuer des traditions dans un monde qui avance de façon frénétique et où, les valeurs se perdent.


Les dix huit armes


Comme précité, les manières de répertorier les armes sont nombreuses et aléatoires, mais il existe une dénomination traditionnelle ; celle des dix huit armes : Sap Pa Heï Haï (en cantonnais). Chaque élément de cette liste est plus une "catégorie d'arme" qu'une arme propre. Par exemple, le 5 (crochet) englobe toutes les armes ayant un crochet. Il est impossible de les répertorier toutes, il en existe plusieurs centaines, car certaines ont vu leurs aspects changés selon les périodes, régions...


1. Sabre

2. Épée

3. Lance

4. Bâton

5. Crochet

6. Garn, casse armure 

7. Ji, Hallebarde

8. Fourche

9. Béquille

10. Masse

11. Hache

12. Griffes

13. Dard Volant

14. Bouclier

15. Fouet

16. Arc

17. Pelle

18. Râteau


Travaille avec partenaire et développement des principes techniques de l'arme.


Pratiquer les formes, pour ce faire plaisir est très bien. Mais l'enseignement d'aujourd'hui laisse t'il une place au travail à deux?


Combien peuvent se targuer de pouvoir réellement combattre avec elles,  en utilisant les techniques apprises dans leurs formes?


Il est déjà rare de croiser des personnes pratiquant leur art martial en suivant le concept et la stratégie de combat, alors imaginez le pourcentage de ceux, pratiquant les applications du travail d'armes avec partenaire...


Il existe de nombreux exercices pour développer les réflexes spécifiques de chaque arme. Des sortes de Tui Shou à l'épée, des séries d'exercices au bâton, des cibles à atteindre avec les armes de jet etc...


Celui que je préfère, consiste à combattre avec l'arme, telle une escrime. Ni plus ni moins qu'un combat libre, ou tout est permis, ou l'on contrôle son geste afin de toucher sans blesser. Cela paraît extraordinaire, mais je vous assure que c'est tout à fait faisable, les armes que l'on trouve dans le commerce d'aujourd'hui n'étant pas tranchantes.


Les formes d'armes traditionnelles et modernes.


La plupart des styles ont leurs propres formes d'armes. Dans le cas ou l'on voudrait étoffer notre râtelier, il faut chercher des formes anciennes, car elles seules possèdent un réel intérêt technique. Les formes modernes, sont étudiées pour faire "le spectacle", sa saute, virevolte, mais sont techniquement pauvres.


Les formes anciennes cherchent à développer un principe particulier. Or mis dans de rares cas, connaître une seule forme ne permet pas d'appréhender l'ensemble des techniques possibles avec l'arme. Il est donc nécessaire, si l'on veut maîtriser une arme, d'apprendre plusieurs formes de celle-ci.


Mais il existe certains types d'armes qui ne possèdent aucune forme, mais des exercices et un travail de ces principes d'actions.


Afin de faire comprendre par un exemple, je vais citer une arme en particulier : Le Dard Volant.


Le Dard Volant est, parmi d'autres, une arme utilisée en Wushu moderne. On peut lui trouver de nombreuses formes codifiées, créer il y a peu en réalité. Cette arme est une boule ou un pic d'acier, attaché à une corde de plusieurs mètres. Au commencement, elle été utilisé par les gardes du corps et escorteurs de bien. Ces gardes parcouraient le pays et avaient besoin d'armes légères. Par conséquent, en addition de leurs sabres, lances, boucliers, qui étaient portés sur des brouettes, avaient le Dard Volant attaché autour de leurs corps à l'aide de la corde de l'arme faite de nœuds compliqués. Il n’existait pas de formes avec cette arme, le principe était que lors d'embuscades, ils purent tirer un simple bout de la corde et lancer le dard d'acier aux opposants. Les méthodes  de nœuds et de jets étaient diverses. Ils pouvaient ensuite récupérer l'arme et la relancer de n'importe quelle position.


Cet article est succin et survole le sujet de façon très générale. Il faudrait un ouvrage complet afin d'en expliquer toutes les déclinaisons ; ouvrage, que je projette de publier dans quelques temps.


Pour avoir une idée des armes chinoises et des stages que je propose : stagesarmes.free.fr

"Lorsque le monde est en paix, un homme de bien garde son épée à son côté"

Sun Tze, L'art de la guerre.


4 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page